Le projet artistique et culturel

Le grand théâtre du monde

Un projet artistique et culturel pour Le Grand T, théâtre de Loire-Atlantique

Catherine Blondeau, septembre 2011

« Agis dans ton lieu, pense avec le monde »
Édouard Glissant

L’histoire du Grand T est celle d’un établissement en mouvement. De la création de la MCLA (Maison de la Culture de la Loire-Atlantique) à la naissance du Grand T, ce théâtre a changé et son public avec lui. Aujourd’hui, grâce au travail accompli par mes prédécesseurs, il fait partie du réseau national des scènes conventionnées théâtre, et il est reconnu par tous ses partenaires comme une scène de référence pour le théâtre dans l’ouest de la France (offre théâtrale de grande qualité, importance de la fréquentation et ambitieuse politique de formation des publics).
Proposer aujourd’hui un projet artistique et culturel pour Le Grand T, c’est donc s’inscrire dans cette histoire en mouvement et engager l’équipe, les administrateurs de l’association et tous les partenaires vers une nouvelle étape de son histoire.
Cette nouvelle étape s’ouvre dans un contexte difficile : processus de mondialisation assorti de crises économiques et financières successives, redéfinition des contours et des compétences des collectivités territoriales, nécessité plus forte de légitimer la dépense publique, emprise des industries culturelles de masse sur l’économie du secteur et forte concurrence dans l’offre artistique, changement des pratiques de spectateurs à l’ère du numérique. Dans le même temps, l’esthétique théâtrale s’est fortement renouvelée, et l’offre théâtrale s’est diversifiée.
Il s’agit, dans ce contexte « critique », d’affirmer la nécessité d’une présence forte du Grand T dans le paysage régional. C’est pourquoi je propose d’articuler mon projet artistique et culturel pour Le Grand T, que j’ai intitulé le « Grand théâtre du monde », autour de trois ambitions pour les trois prochaines années. J’évoquerai ensuite les conditions du succès et les nécessaires adaptations de l’outil « Grand T » au nouveau projet.

revenir en haut de la page

 Affirmer la position de « pôle théâtre de référence » du Grand T à l’échelle de la Métropole, du Département et de la Région et le faire apparaître dans le paysage national et international

  • Dans la programmation, la dominante théâtre de l’activité du Grand T est affirmée, avec une ouverture à toutes les formes actuelles de la création dramatique (répertoire et texte contemporain, mais aussi théâtre non textuel et nouvelles esthétiques populaires). Les plateaux du Grand T s’ouvrent à la création internationale en langue étrangère, notamment dans le cycle «théâtre des humanités» conçu en partenariat avec le TU-Nantes. La danse reste présente avec l’accueil de plusieurs spectacles de référence par saison. Concerts, rencontres littéraires, manifestations autour du cinéma sont présentés occasionnellement dans le cadre de partenariats.
  • Une forte présence artistique des quatre compagnies associées (Wajdi Mouawad, Aurélien Bory, Patrick Pineau, Opera Pagaï), irrigue les plateaux du Grand T, ceux des salles partenaires, ainsi que toutes ses activités de formation des publics et des professionnels.
  • Une part plus importante des ressources du Grand T (finances et compétences administratives et techniques) est consacrée à la coproduction de spectacles, ceux des artistes associés mais aussi ceux des artistes régionaux. Cette activité permet au Grand T de s’inscrire visiblement dans le réseau européen des théâtres coproducteurs de spectacles et d’accompagner les compagnies régionales. En conséquence, une part un peu moins importante des ressources du Grand T est consacrée à l’achat de spectacles en diffusion. Une baisse de 10% de la jauge totale offerte à la vente est prévisible sans que les équilibres financiers de l’établissement soient remis en cause.
  • Le Grand T est force de proposition pour les projets théâtre sur son territoire. Il travaille en réseau avec de nombreux partenaires, à l’échelle de la Métropole, du Département et de la Région, soit en position de pilote, soit en position de partenaires de projets initiés par d’autres. Au-delà de son important réseau départemental (RIPLA), il entretient des relations privilégiées avec les scènes nationales et conventionnées de la région Pays de la Loire, le CDN d’Angers et Angers-Nantes Opéra.

revenir en haut de la page

Renforcer l’activité de proximité du Grand T, en collaboration avec les partenaires du Département, en développant la production de projets de territoire innovants à l’échelle de la Loire-Atlantique

La politique de tournée de spectacles théâtraux reste la base du réseau départemental de programmateurs (RIPLA), qui est aussi un espace d’échanges, de réflexion et de formation. Mais les modalités de collaboration entre les théâtres du réseau, Le Grand T, et les communautés de communes se diversifient :

  • Par la coréalisation de résidences d’artistes en création, qui permettent une présence artistique prolongée et offrent la possibilité d’élaborer des projets plus ambitieux de formation du public,
  • Par la coréalisation de projets qui nécessitent une implication des habitants aux côtés des artistes en résidence, et permettent de toucher autrement un public non initié,
  • Par l’invention conjointe de manifestations ponctuelles qui s’inspirent du potentiel d’un territoire et le mettent en valeur,

Certains des projets évoqués ici peuvent s’inscrire dans la dynamique des Projets Culturels de Territoire mis en place par les Communautés de communes avec le soutien du Département de la Loire-Atlantique.

revenir en haut de la page

Dessiner une politique des publics qui conjugue attractivité, formation des individus et fabrique du lien social

Le premier niveau d’une politique des publics consiste à garantir aux habitants une offre théâtrale de haut niveau qui participe de l’attractivité de ce territoire (voir près de chez soi les grands spectacles de référence dès leur création, permettre des sorties familiales, satisfaire les connaisseurs et les curieux). Cette politique de l’offre génère une importante fréquentation et d’importantes recettes en billetterie (abonnements).

  • Mais un théâtre public doit aussi sans cesse renouveler, diversifier et former son public, afin que ses activités, financées par la collectivité, bénéficient au plus grand nombre (redistribution).
    Plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour atteindre ce difficile objectif :
    • Imaginer dans la programmation des rendez-vous construits d’une manière originale qui touchent un public dont les pratiques ne passent pas forcément par l’abonnement.
    • Veiller à ce que la programmation fasse leur place à des artistes issus de la diversité culturelle française, pour favoriser la fréquentation du théâtre par un public plus divers
    • Poursuivre et renouveler (avec l’Éducation nationale et les partenaires institutionnels) l’ambitieuse École du spectateur mise en place par Le Grand T depuis 10 ans, afin de former les spectateurs de demain.
    • S’assurer de la transmission des savoir-faire en éducation artistique et culturelle dans le réseau départemental (subsidiarité) et de la formation de la relève des formateurs de référence
    • Poursuivre et renouveler les activités de formation et d’accompagnement des praticiens amateurs, notamment en les intégrant aux démarches d’implication des habitants et de résidence d’artistes
    • Au-delà de la formation des animateurs sociaux-culturels, développer de nouveaux projets avec des partenaires du secteur social afin de faire découvrir le théâtre à des publics qui en sont très éloignés
    • Rendre matériellement accessible les spectacles aux handicapés, aux sourds, aux aveugles, et développer une politique incitative en direction de ces spectateurs
  • Le Grand T, comme Pôle théâtre, assume aussi des missions de formation des professionnels (enseignants, professionnels du spectacle, comédiens, stagiaires).
  • Il est représenté dans divers groupes de réflexion professionnelle à l’échelle nationale (sur la médiation, sur les projets de territoire)

Le « Grand théâtre du monde » propose donc de renouveler l’image du Grand T, d’un part en accentuant sa position de référence dans le domaine de la création théâtrale, d’autre part en diversifiant son activité et donc son public. Il s’agit à la fois de positionner Le Grand T comme un établissement clé pour l’attractivité du territoire, mais aussi comme un opérateur du service public de la culture, un lieu culturel de proximité ouvert sur le monde, exigeant et populaire à la fois, remplissant ses missions dans le respect des grands référentiels internationaux qui régissent désormais les politiques publiques : Traité de l’Union (1991), Convention sur la diversité culturelle (UNESCO 2005) et Agenda 21 pour le Développement durable et le vivre-ensemble (1992).

revenir en haut de la page