La Jeune-Fille et la mort

TEXTE ET MISE EN SCÈNE LAURENCE BRUNELLE-CÔTÉ ET SIMON DROUIN, BUREAU DE L’APA

Le grand bazar de l’indiscipline

Installez-vous, saisissez le manuel et suivez le maître. Vous êtes à l’école d’une pédagogie révolutionnaire qui tente de saisir le sens des choses. Dans une salle de classe encombrée d’objets d’art de toutes sortes, sept artistes et un quatuor à cordes démontent le monde contemporain à coups d’aphorismes, de saynètes, d’expériences physiques et de performances-minutes. Mais la Jeune-Fille, c’est qui ? Une société gouvernée par la beauté et la superficialité, vidée de toute pensée, soumise à la séduction et à la consommation. Les théories de Tiqqun, un collectif philosophique influencé par Guy Debord, inspirent au Bureau de l’APA un théâtre bricolé qui établit une communauté ludique avec le public dont il active la réflexion politique. La toute jeune compagnie de Québec débarque en France où elle présente pour la première fois ce spectacle réjouissant, qui entrechoque intelligence et indiscipline. Une claque.