Une longue peine

MISE EN SCÈNE DIDIER RUIZ LA COMPAGNIE DES HOMMES

Cinq personnes au plateau parlent de punition et de chagrin. Les quatre hommes ont purgé des peines de 15 à 35 ans, la femme a attendu 8 ans dehors. Ça fait quoi, toutes ces années de prison, dans une vie ? Avec leurs mots et émotions, ils sortent de l’ombre et du silence. Didier Ruiz accompagne leur parole. Simple, brut et bouleversant.

C’est ça le théâtre. Un lieu où le réel est dépassé parce qu’il est mis en récit. Ici, personne n’est acteur et le texte n’est pas écrit. Avec leur voix et leur dégaine un peu rudes, ces anciens détenus remettent en jeu chaque soir leurs histoires. Ni plainte, ni jugement, ni voyeurisme, un simple témoignage sur la vie enfermée. L’amour qui manque, le vide qui marque, le ciel rare et la solitude intarissable. Incarcération, évasion, réinsertion. Au Grand T, on aime le théâtre humaniste de Didier Ruiz. Peut-être d’ailleurs avez-vous vu Dale Recuerdos ou 2016 comme possible ? Le metteur en scène manie cet art singulier qu’il nomme la « parole accompagnée » : interroger l’autre, faire dire et entendre à l’interprète comme au spectateur ce que ni l’un ni l’autre ne sait. Ce regard inhabituel sur l’univers carcéral perturbe les clichés et rend la dignité.