Jan Karski

(mon nom est une fiction)

D'APRÈS LE ROMAN DE YANNICK HAENEL I MISE EN SCÈNE ET ADAPTATION ARTHUR NAUZYCIEL

Dès 1942, Jan Karski, messager de la résistance polonaise, révèle aux gouvernements alliés en exil à Londres l’extermination des Juifs d’Europe par l’Allemagne nazie. Pendant trois ans, il tentera inlassablement, en vain, de les inciter à faire obstacle à la Shoah. En 2009, Yannick Haenel consacre un roman à cette histoire terrible, qu’Arthur Nauzyciel adaptera au théâtre deux ans plus tard pour le Festival d’Avignon. Bouleversant. 

Catholique, diplomate, espion et résistant, Jan Karski raconte aux Alliés puis à Roosevelt aux États-Unis ce qu’il a vu dans le ghetto de Varsovie. En vain. Après la guerre, l’homme traversera 40 ans de silence avant de témoigner à nouveau dans le film Shoah de Claude Lanzmann en 1978. C’est un roman que Yannick Haenel choisit d’écrire pour rendre compte de cette destinée hantée par l’horreur. Bouleversé par sa lecture, Arthur Nauzyciel, aujourd’hui directeur du Théâtre National de Bretagne à Rennes, l’adapte en trois temps : évoquant lui-même le témoignage filmé de Karski, faisant entendre par la voix de l’actrice Marthe Keller l’autobiographie du Juste puis invitant l’acteur Laurent Poitrenaux à incarner la fiction du résistant devenu revenant. Une pièce forte à voir et entendre au Grand T.