Cinq visages pour Camille Brunelle

TEXTE GUILLAUME CORBEIL MISE EN SCÈNE CLAUDE POISSANT

Ça donne quoi Facebook et Moi ? Connectés ou pas, adolescents ou pas, ça parle de nous. Avec les mots globalisés du réseau mondial, cinq trentenaires surexposent leurs images, se fabriquent leurs personnages, s’affrontent et s’effondrent. Primée à Montréal, cette partition corrosive est mise en tension par une troupe de jeunes acteurs québécois époustouflants.

J’ai lu. J’ai vu. Donc je suis ! Mais qui ? C’est la compétition du moi, du je, du j’aime et des amis. Après avoir dressé leurs portraits, les cinq anonymes refont la soirée passée en boîte avec elle : Moi et Camille Brunelle. Je publie. Je commente. Je partage. Devant le mur où défilent les photos, ils débitent leurs statuts comme une partition écrite d’avance, à un rythme effréné. Ils disent tout, affichent l’enviable, le beau et le bad, cherchent l’approbation et la validation jusqu’à la déchéance. Ouvrir le livre des visages au théâtre est l’acte novateur d’un jeune auteur qui monte et d’une compagnie québécoise emblématique. Finirait-on par exister uniquement pour se montrer ? Un thème crucial.