Dom Juan

MOLIÈRE MISE EN SCÈNE JEAN-FRANÇOIS SIVADIER

Le libertin vagabond, incroyant insolent, est toujours fringant. Jean-François Sivadier et ses fidèles acteurs ravivent avec ardeur les œuvres du répertoire. Après un Misanthrope punk, Nicolas Bouchaud incarne le monstre flamboyant. Théâtre de l’humain et du surnaturel, ce Dom Juan est un rendez-vous incontournable de la saison.

De  Molière  à  Mozart,  de  scandales  en  fascination,  l’histoire du « grand seigneur méchant homme » a pris la tournure d’un mythe libertaire. Dom Juan enlève les nobles dames, séduit les paysannes, renie l’amour filial et finit foudroyé par la statue du commandeur. Mais ce résumé ne révèle rien : le libertin qui revendique son droit au blasphème, à l’infidélité et à l’irrespect reste insaisissable. Son insoumission, même punie, est flamboyante et attirante. Dès le début, son lâche valet Sganarelle nous prévient : son maître est « le plus grand scélérat » doté d’un cœur « à aimer toute la terre ». Alors qui est-il vraiment ? Un grand idéaliste, un petit vaniteux ? Rien qu’un homme en somme ? En s’attachant à l’ambivalence du héros, Jean-François Sivadier saisit la vitalité des désirs et l’impuissance politique qui caractérisent l’impatiente jeunesse, quel que soit son siècle.