Hasna El Becharia

Une rockeuse venue du désert

Elle fut la révélation du festival Femmes d’Algérie en 1999. Dès le soir de sa première performance à Paris, qui aurait dû être la seule, la rumeur se répand comme une trainée de poudre : une femme de 49 ans, venue du désert algérien, a enflammé le public. Quinze ans et deux albums plus tard, la musique de celle que l’on surnomme la rockeuse du désert est toujours aussi saisissante. L’adolescente à qui son père, un maître du Diwan, interdisait de jouer du gumbri parce qu’elle était une fille, est devenue célèbre grâce à cet instrument… et grâce à la guitare électrique. Sa musique de transe, à la croisée de multiples influences, a la chaleur du blues, l’âpreté de l’authentique tradition et la grâce du chant sacré.

Un spectacle proposé par l’arc-Rezé
dans le cadre d’Algéries d’ici.