Notre crâne comme accessoire

LIBREMENT INSPIRÉ DU THÉÂTRE AMBULANT CHOPALOVITCH DE LIOUBOMIR SIMOVITCH MISE EN SCÈNE IGOR MENDJISKY CRÉATION COLLECTIVE LES SANS COU

C’est la guerre. Dehors, la violence gronde. Dedans, le cabaret éclate. Comédiens, musiciens, acrobates et danseurs tentent de résister à la barbarie qui déferle. À quoi sert l’art quand le monde tombe ? Avec leurs épées en bois, au milieu de flots de sang, de sanglots et d’amour, les intrépides Sans Cou nous donnent du courage.

Dans ce théâtre déserté, des saltimbanques débarquent pour jouer Les Trois Petits Cochons version cabaret. En pleine oppression, nous voici, spectateurs et acteurs, clandestins. Que peut l’art face aux crimes, aux humiliations ? Acte de divertissement ou arme de résistance ? Vous pensez que le théâtre peut changer le monde, vous ? Igor Mendjisky déplace au présent Le Théâtre ambulant Chopalovitch du Serbe Lioubomir Simovitch : écrite en 1985, l’histoire est celle d’une troupe de théâtre qui, en pleine seconde guerre mondiale, débarque dans une ville occupée par l’Allemagne nazie pour y jouer. À l’heure où certains doutent de l’utilité de la culture, la bande s’interroge, vraiment. Sa seule réponse : se tenir debout face à nous, bien vivants.