Raging Bull

D’APRÈS L’AUTOBIOGRAPHIE DE JAKE LAMOTTA MISE EN SCÈNE ET INTERPRÉTATION MATHIEU LÉTUVÉ / CALIBAND THÉÂTRE

Jake LaMotta, le taureau enragé, le bad boy du Bronx, remet les gants. Figure mythique, le boxeur raconte sa tragédie dans une autobiographie parue en 1970 et adaptée au cinéma par Scorsese en 1980. Caliband Théâtre porte sur scène ses mots, ses pas, sa rage et ses coups. Un théâtre dansé hip-hop sur musique électro live, un uppercut.

Né en 1921, Jake LaMotta est une légende vivante. Celui qui  a battu Marcel Cerdan, qui fut sacré champion du monde des poids moyens, l’enfant des taudis, a lutté toute sa vie contre les autres et contre lui. Il a connu les gnons et la prison, les paillettes et le pognon. Le taureau – incarné au cinéma par De Niro – raconte dans son livre la violence familiale, son passé criminel, sa culpabilité et sa rage animale. Cette fureur qui le propulse aux sommets et dans les abîmes. Métaphore de la vie, art du mensonge et du spectacle, la boxe est le miroir de nos combats. Sur scène comme sur un ring, environnés d’animations graphiques, ils sont trois : un acteur, un danseur hip-hop et pour arbitre, un musicien sampleur. Après Pinocchio, polar noir présenté en 2015 dans la saison du Grand T au TU-Nantes, Le Caliband signe la confession coup de poing d’un homme qui (se) cogne.