Regarde les lumières mon amour

TEXTE ANNIE ERNAUX MISE EN SCÈNE MARIE-LAURE CROCHANT / LA RÉCIPROQUE

Un hypermarché, avec des gens dedans. Souvent, cette femme – on l’appelle A. – y va et écrit ce qu’elle y voit : un condensé de notre société, mais aussi un lieu riche en rencontres et en possibilités. La Nantaise Marie-Laure Crochant porte à la scène le regard à la fois subjectif et sociologique de la romancière Annie Ernaux. Parce que « voir pour écrire, c’est voir autrement ».

Cergy-Pontoise, Auchan. Pendant un an, A. tient le journal de ses visites régulières à l’hypermarché. Au fil des saisons, un lien étrange se tisse entre l’hypermarché et cette femme qui y trouve peut-être un remède à sa solitude, un trait d’union, une source d’inspiration. Son regard aiguisé, ses mots vifs révèlent son plaisir à déambuler dans ce « lieu commun » enfin digne d’être raconté. Mais aussi des questionnements sur une toute autre réalité, bien dissimulée sous l’avalanche des promotions et l’abondance généralisée. « La vie. La vraie » promue dans le magasin est-elle aussi belle que la Voix métallique l’assène dans ses rayons ? Annie Ernaux publie dans la collection Raconter la vie, fondée par l’historien et sociologue Pierre Rosanvallon, ce portrait du monde et des «invisibles » qui le font. La Réciproque poursuit avec ce spectacle son interrogation poétique et théâtrale sur la manière dont on vit, représente et rêve notre siècle. Pour voir un peu quel est son avenir.