Terminé

4 - 9 nov.
1h (durée estimée)
9 € à 25 €
+ 8 ans
Création
Rencontre avec les artistes Je 07 nov.
Atelier parents-enfants Sa 9 nov.

Choisissez une date

Lundi
04/11
20:00
Le Grand T
Terminé
Mardi
05/11
20:00
Le Grand T
Terminé
Mercredi
06/11
20:00
Le Grand T
Terminé
Jeudi
07/11
20:00
Le Grand T
Terminé
Vendredi
08/11
20:30
Le Grand T
Terminé
Samedi
09/11
17:30
Le Grand T
Terminé

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Infos spectacle

Tarifs abonnée•e•s

  • Plein tarif 19 €
  • Plein 19 €

Tarifs non abonnée•e•s

Plein 25€
Réduit 21€
Très réduit / jeune 12€

Lieu

Le Grand T

84 rue du Général Buat

44000 Nantes
Pensez covoiturage :)
 

Voir les infos pratiques

Billetterie

Cette représentation est terminée.

Histoire

Léonie a 70 ans et décide de vivre heureuse puisqu’il est encore temps. Sur scène, acteurs, danseurs et artistes de cirque font corps avec le mystérieux désir qui nous met en mouvement, se métamorphose et se répand. Olivier Letellier signe une création généreuse pour tous âges, qui (ré)anime avec fougue notre feu de joie.

Léonie s’allonge et attend. Mais la mort ne vient pas. Alors elle se dit qu’elle va vivre tout ce qu’elle a toujours eu envie de vivre, et surtout (enfin) être heureuse. Et ça marche ! Elle l’est. Mais elle cherche encore quelqu’un, perdu il y a longtemps. L’auteure Catherine Verlaguet, le chorégraphe Sylvère Lamotte et le compositeur Mikael Plunian ont composé une partition pour sept artistes. Après Oh Boy ! et La Nuit où le jour s’est levé – présentés récemment au Grand T et dans le département, Olivier Letellier crée ce conte de la joie. Avec simplicité, les mots poétiques et les corps acrobates propagent ce que peut être le bonheur partagé.
 

Olivier Letellier est artiste associé au Grand T.

Distribution

Avec : Julien Bouanich, Marie-Julie Debeaulieu, Genevieve De Kermabon, Jeanne Favre, Ninon Noiret, Jules Sadoughi, Mathéo Thiollier-Serrano

Chorégraphie : Sylvère Lamotte

Création sonore : Mikaël Plunian


Assistanat : Jonathan Salmon


Création lumières, régie générale : Sébastien Revel

Régie générale : Célio Ménard

Costumes : Juliette Gaudel

Construction du décor : Atelier du Grand T

Coproduction : Le Grand T Théâtre de Loire-Atlantique Nantes, Théâtre de La Ville Paris, Fontenay-en-Scènes, Fontenay-Sous-Bois, Le Volcan Scène Nationale du Havre, Les Tréteaux de France Centre Dramatique National Aubervilliers, La Passerelle Scène Nationale Saint-Brieuc, Pôle des Arts de la Scène Marseille, L’Archipel Pôle d’Action Culturelle Fouesnant-les-Glénan, Théâtre Massalia Marseille, CIRCa Pôle National des Arts du Cirque Auch,

Théâtre la Licorne Ville de Cannes, Espace Marcel Carné Saint-Michel-sur-Orge, Maison des Arts de Créteil, Théâtre André Malraux Chevilly-Larue, Maison des Arts du Léman Thonon-Les-Bains

Le Théâtre du Phare est conventionné par le Ministère de la Culture – Drac Île-de-France au titre de compagnie à rayonnement national et international, par le Conseil Régional d’Île-de-France au titre de la Permanence Artistique et Culturelle, et soutenu au fonctionnement par le Département du Val-de-Marne.

Autour du spectacle

Rencontre

Rencontre autour d'Un furieux désir de bonheur

Jeudi 7 novembre 2019 21h00
Le Grand T

À l'issue de la représentation

Atelier parents-enfants

Recette du bonheur

# Pâtisserie

Samedi 9 novembre 2019 15h00 - 17h00
Le Resto du Grand T

Autour d'Un furieux désir de bonheur

Par l'équipe du Resto du Grand T

 

Et si la recette pour être heureux, c’était de mettre la main à la pâte ? Passez derrière les fourneaux, devenez apprentis pâtissiers et imaginez des gâteaux aussi bons que beaux. Et terminez l’atelier en dégustant vos douceurs avant d’aller voir le spectacle… un grand sourire aux lèvres !

 

+ 8 ans
5€ / personne (Goûter offert)

À voir, à lire

Ressources pédagogiques

Un furieux désir de bonheur sur Pearltrees

À la page

Feuilletez le programme de salle d'Un furieux désir de bonheur

Tout savoir sur le spectacle par ici : Programme de salle - Un furieux désir de bonheur

Face à face

Entretien avec Olivier Letellier

Quels désirs vous ont mené à créer cette pièce sur le désir ? 
O.L. Souvent, je pars d’une phrase qui résonne en moi. Il y a eu «Maintenant que je sais, je ne veux plus me taire» pour le précédent cycle sur l’engagement et aujourd’hui celle-ci: « Oser dire ses désirs». Depuis toujours, je travaille sur cette notion de grandir, quel que soit notre âge: qu’est-ce qui fait que l’on grandit ? Qui peut nous accompagner à cela ? Grandir, n’est-ce pas devenir soi-même, oser être qui l’on est ? À mon sens, sur ce chemin, il s’agit d’abord d’identifier son désir propre, enfoui sous les injonctions familiales, sociétales ou scolaires. Pour mener cette création, je me suis donc posé cette importante question: « Qu’est-ce que je veux profondément ? » J’ai toujours eu une attention particulière aux corps en mouvement et cette fois, j’ai eu envie de collaborer avec un chorégraphe à qui je demanderais une véritable écriture dansée. J’ai aussi eu le désir de travailler avec un grand groupe d’interprètes et de retrouver mes fidèles collaborateurs car j’ai besoin de cette stabilité rassurante pour mener cette pièce d’envergure, qui représente un défi pour moi. Dans mon désir initial, il y a aussi l’importance que j’accorde à l’empathie du spectateur avec le personnage. J’envisage chaque situation selon qu’elle pourrait lui rappeler son vécu ou l’interroger sur son comportement, si elle se présentait à lui. J’ai envie que le spectateur se dise: « Moi aussi, je souhaite faire un pas de côté pour réfléchir, dire, agir selon mon désir profond. Peut-être qu’il y a des choses que je n’ose pas faire et pourraient être simples ?» Puisque c’est une histoire de communication, de contagion de la joie, que chacun puisse avoir envie de danser sa vie, de dire je t’aime à celui, celle ou ceux qu’il aime. 

Vous avez précédemment traité des thèmes de l’amour et de l’engagement et vous abordez ici la question du désir. Ce qui vous intéresse est-il cette énergie, cette motivation, cet élan qui met en mouvement les gens ? 
O.L. Ce sont les personnages comme vous et moi, les gens aux petits gestes, les héros ordinaires qu’il me plaît d’observer. Et en cela, la construction de l’individu me passionne car, comme nous l’apprennent les contes traditionnels dans lesquels je ne cesse de puiser, de tous temps, les mêmes phénomènes nous constituent. 

Vous co-écrivez la pièce avec une auteure, un chorégraphe, un compositeur, les interprètes. Comment travaillez-vous ensemble ? 
O.L. Nous avons initié le projet il y a deux ans et nous avons travaillé ensemble onze semaines dont les quatre premières étaient des laboratoires. Chacun vient avec ce qu’il souhaite raconter et, lorsque les interprètes nous rejoignent, leur corps, leur gestuelle, leur phrasé, leur réflexion, font évoluer l’histoire. Le texte provoque ce qui a lieu au plateau tandis que l’écriture chorégraphique souligne ou décale le propos : un mot pose un autre regard sur le mouvement ou un geste renverse le sens d’une phrase. En travaillant ainsi, chaque élément nouveau interroge l’élément précédent, les écritures textuelles, corporelles, musicales, scénographiques s’entrecroisent et créent un langage très riche qui viendra toucher des sensibilités différentes. 

Formé à l’École Jacques Lecoq, dont l’enseignement porte sur le jeu physique, vous vous intéressez au langage corporel. Que revêt le corps que ne revêt pas le verbe ? 
O.L. Le corps est l’élément essentiel de la relation : lorsque l’on rencontre une personne, on voit tout d’abord son corps et ce qu’il raconte avant même que toute parole soit échangée. Ces corps dansants expriment un état intérieur, nous disent ce que le personnage lui-même ne dit pas, avant que le personnage prenne conscience de ce qui a lieu. 

Vous qui réalisez des spectacles depuis le point de vue de l’enfance, que représente le fait de vous tourner vers la vieillesse ? 
O.L. Si le personnage central est Léonie, il y a autour d’elle des adolescents et de jeunes adultes. Mais c’est toujours du point de vue de l’enfance qu’on aborde le sujet. Je crois qu’on est nombreux à avoir peur de vieillir, peur de se retrouver face à des mourants. Les thématiques que j’aborde ne sont pas spécifiquement «jeune public» mais je fais le pari que ces questions sont intergénérationnelles. Il n’est pas nécessaire de mettre en scène un enfant pour parler aux enfants : l’enfant s’intéresse à l’histoire de ses parents, de ses grands-parents et ses questionnements sont bien plus grands que lui. On est ce d’où l’on vient, on peut l’accepter ou le questionner, mais le savoir est important. 

Comment faire histoire de la joie, de la liberté ? 
O.L. Dresser un catalogue du bonheur n’activerait ni la réflexion ni la transformation. Alors nous menons un petit inventaire des peurs et des empêchements auxquels on croit, auxquels on nous fait croire : peur de la honte, du regard, de ne pas être conforme, de s’affirmer, de s’engager… Et je pose l’hypothèse de l’origine possible de ces peurs, car peut-être sont-elles héritées des générations passées, peut-être sont-elles plus archaïques encore. La réaction en chaîne que provoque l’acte de Léonie met en lumière ceci: notre histoire est nourrie d’autres histoires. 

Le désir peut aussi bien être un outil d’émancipation que l’instrument de manipulation des masses : faut-il être courageux pour être à l’écoute de ses propres désirs ou bien désirer serait-il le moteur du courage ? 
O.L. Notre société est composée d’individus, elle est la richesse de nos diversités et non une seule masse. Si l’on identifie son propre désir, il me semble qu’aucun obstacle ne peut entraver notre courage d’agir. Mais, sans but, où trouver la force ? La question est: le désir est-il le moteur ou l’essence de l’humain ? 

Selon vous, de quelle manière se concrétise «le courage des poètes* » qu’appelle Catherine Blondeau dans cette saison du Grand T ? 
O.L. Pour cette création, le courage de l’artiste est très pragmatique. Le spectacle jeune public est souvent cantonné à de petits budgets, de petites formes, pour de petits spectateurs or je défends pour les jeunes spectateurs le droit à un temps de création plus long, à des plateaux ambitieux, à des langages pluriels et exigeants, à des artistes talentueux et engagés dans le partage d’une parole de qualité. C’est un acte militant, un vrai choix politique de s’adresser aux jeunes spectateurs, à ceux — même à 70 ans comme Léonie — qui viennent pour la première fois. Un enfant venu lors d’une séance scolaire, dans quelle famille rentre-t-il le soir ? Y prie-t-on un dieu, plusieurs, aucun ? Vote-t-on à gauche ou à droite ? Y parle-t-on français ou une autre langue ? Pourra-t-il raconter ce qu’il a vu ? Ce n’est pas de la littérature en costumes, c’est de nous dont on parle. J’ai une profonde croyance en l’humain et, à travers le théâtre, j’ai envie de donner à chacun, aux enfants, aux adultes d’aujourd’hui et de demain, des outils de réflexion pour réaliser que la vie est bien plus vaste qu’elle ne semble. Voilà, c’est ça : j’ai envie de partager le désir d’être curieux. 

Propos recueillis par Mélanie Jouen, septembre 2019

En images

Quelques photos de la résidence avec l'équipe d'Olivier Letellier

Ça va vous plaire

[Plaire]
Théâtre

[Plaire]

31 jan. - 8 févr.

Places à l’unité auprès des salles

Les représentations ont lieu dans des salles partenaires. Vente à l'unité auprès des salles.
cOLLiSiOn
Cirque

cOLLiSiOn

11 févr. - 29 mai

Places à l’unité auprès des salles

Les représentations ont lieu dans des salles partenaires. Vente à l'unité auprès des salles.