Pour que les jeunes spectateurs de notre territoire aient la chance de goûter au plaisir du texte, à la richesse des langages scéniques et qu’ils puissent tirer le meilleur profit de leur rencontre avec le spectacle vivant, nous avons souhaité réinventé notre dispositif phare T au Théâtre pour faire découvrir le théâtre à encore plus de collégiens de Loire-Atlantique. Après une année de réflexion avec l’ensemble de nos partenaires, une nouvelle forme est née : plus souple, donnant l’occasion aux enseignants de s’investir à la mesure de leurs possibilités et faisant la part belle à la pratique artistique des élèves !

Vie du projet

À écouter

Un texte écrit par des collégiens mis en voix

Une trace en voix d'un beau travail d'écriture...

Dans le cadre du niveau 3 de T au Théâtre, le comédien Loïc Auffret devait intervenir auprès des collégiens de Saint Joseph - Derval pour les accompagner dans la mise en scène du texte écrit en début d'année scolaire avec l'autrice Catherine Verlaguet. Ce projet devait être présenté au Grand T à l'occasion d'une restitution en mai, malheureusement annulée.

Pour garder une trace de ce travail, Loïc Auffret et ses complices du Théâtre de l'Ultime ont mis en voix ce texte pendant le confinement, chacun depuis son domicile, à écouter par ici ↓↓↓

 

Nouvelles pages

Un abécédaire en souvenir d'une journée d'atelier

Pour garder une trace de leur journée d'atelier, l'artiste Cécile Delhommeau envoie aux élèves du collège Saint Michel de Guéméné quelques mots et un abécédaire en forme de souvenir...

"Je n’aime pas ne pas « terminer » les choses. Devant la situation inédite de confinement qui nous a empêché de poursuivre le travail, la rencontre est restée en suspend. Et puis s’est annulée pour des raisons évidentes. Puisque quelque chose avait été amorcé, puisque les élèves avaient formidablement joué le jeu, puisque le spectacle « Plaire » repose sur un abécédaire fantaisiste, puisque j’avais demandé aux élèves, avant qu'on se quitte, de réfléchir chacun·e à un mot lié à une lettre de l’alphabet, je vous envoie un abécédaire qui revient sur la journée que nous avons vécue ensemble et qui rappellera quelques souvenirs."

Découvrir l'abécédaire

L'envers du décor

Des collégiens dans les coulisses du Grand T

Replay

En vidéo : une matinée d'enregistrement sonore pour les 4es

Silence dans la salle... On enregistre ! 🎤🎧

Après l'atelier d'écriture, retour en vidéo sur une matinée autour du son au collège Marcelle Baron à Héric.
La classe de 4e, engagée dans le niveau 3 de notre dispositif T au théâtre, continue de créer avec des artistes et techniciens une œuvre présentée au Grand T en mai !

Nouvelles pages

Les premiers textes produits par les collégiens arrivent !

Deux classes inscrites au niveau 3 de T au Théâtre ont travaillé avec Catherine Verlaguet pour écrire des textes qui seront mis en danse, en voix, en jeu, le 29 mai au Grand T. Voici quelques dialogues, extraits de leurs histoires...

Au collège Saint Joseph de Derval

Quentin : C’est là que la situation nous a échappé. Pedro a essayé de retourner l’arme du terroriste contre lui. L’homme masqué lui a tiré dessus !  Tout est allé très vite.  La chute, le sang… Tout se vide dans ma tête. Mon cœur explose, je tremble, plus rien ne compte autour de moi. Je le vois au sol, je ne pense plus qu’à lui, à nous - je ne veux pas le perdre. 

[...]

Ambre : Est-ce que tout ce que j'ai vécu avec lui était faux ? 
Est-ce qu’il a fait semblant pendant toutes ces années ? 
J'ai envie de le tuer 
et en même temps j'ai envie d'être dans ses bras et de ne plus jamais les quitter. 
Je le déteste - 
Je n'ai rien vu venir. 
Qu'il se casse s'il ne veut plus de moi. 
Je n'ai pas été à la hauteur. 
Je ne veux pas le partager.


Au collège Marcelle Baron à Héric

Ilona - J'ai la tête qui tourne
On est en train de gagner
Je vois flou
Mes yeux se ferment
Faut que je tienne -
Merde, j'ai raté une balle
Je vois plus rien
Je vois noir, j'entends des voix
Non, mon cœur !
Pas maintenant…

[...]

(Camion de pompier)
Pompier 2 - Et sinon tu penses quoi de Macron ?
Pompier 1 - Bah il fait beaucoup de promesses mais il fait pas grand-chose.
Pompier 2 - Ouais comme ma femme.
Pompier 1 - Allez encore 2 heures sup qu’on me paiera pas et j'ai fini.

On pratique

Des élèves du collège Saint-Jean Baptiste en création avec Jérôme Rouger

Vous en pensez quoi ?

Quelques retours de classes engagées dans le niveau 1

Déjà une demi saison pour les trois niveaux de T au Théâtre ! Premier bilan à mi-parcours avec quelques enseignants engagés dans le cadre du niveau 1.

À propos des représentations avec les élèves 
« Très pertinent pour un premier spectacle (pour certains de nos élèves). Univers visuel fort, poésie et burlesque avec un thème pourtant assez difficile à aborder avec des collégiens dans un autre contexte. »
« Le spectacle était en phase avec nos attentes, car il correspondait tout à fait à notre programme. »
« C’était une découverte pour nos élèves de 6e. Le spectacle au grand T en soirée fait toujours son effet. »

À propos des formations des enseignants
« Super formation. Nous avons rééxploité presque toutes les propositions du matin : c'est à dire l'échauffement, les exercices de jeu qui viennent compléter la formation de l'année dernière. »
« Le stage nous a aussi donné des idées : nous avons expérimenté des portés avec les élèves »

Sur les routes

Tous les collèges sur une carte

32 collèges, 116 enseignants, plus de 2500 collégiens... un peu partout dans le département ! Découvrez la répartition de T au Théâtre Loire-Atlantique avec cette carte réalisée par le service cartographie du Département de Loire-Atlantique.

Replay

En vidéo : Anaïs Allais présente son spectacle aux collégiens

Avant d'aller voir Au milieu de l'hiver j'ai découvert en moi un invincible été, les collégiens engagés dans le niveau 2 de T au Théâtre ont pu plonger dans les thématiques et le processus de création de ce spectacle avec cette interview de l'autrice, metteure en scène et comédienne Anaïs Allais, diffusée en classe.

En images

Une nouvelle session de formation pour les enseignants avec Anaïs Allais

Replay

En vidéo : Une première journée d'écriture pour les 4es

Écriture, ré-écriture, lecture, jeu, danse, son...

Au collège Marcelle Baron à Héric, une classe de 4e, engagée dans le niveau 3 de notre dispositif T au théâtre, travaille toute l'année avec des artistes pour créer une œuvre qui sera présentée au Grand T en mai ! Retour en vidéo sur le premier atelier d'écriture avec Catherine Verlaguet, auteure d'Un furieux désir de bonheur.

Vous en pensez quoi ?

Quelques retours d'enseignants après les ateliers autour d'Antioche

En novembre et décembre, les comédiennes et une médiatrice du Théâtre Bluff ainsi que l'autrice et comédienne nantaise Sophie Merceron ont animé des ateliers dans 14 établissements du département, dans le cadre du niveau 2 de T au Théâtre. Avant ou après avoir vu une représentation d'Antioche, les élèves ont notamment travaillé en classe autour du thème de la révolte. Quelques retours des enseignants après ces ateliers !

 

Ateliers pour les 4ès avec Sophie Merceron avant la représentation d'Antioche

"Très bien ! Le cercle où un élève venait "lancer" sa révolte a bien fonctionné dès le début ce qui a permis de bien démarrer les activités. Les mises en scène proposées étaient chouettes et le rejeu mené par Sophie Merceron très intéressant : elle les a bien amenés à s'interroger, à proposer d'autres alternatives."

"L'atelier était passionnant, elle a poussé les élèves à s'exprimer tout en les valorisant. Les activités (échauffement et courtes représentations devant les autres) ont permis aux élèves de pratiquer le théâtre avec du plaisir."

"Sophie a su bien s'adapter aux différents publics et rebondir sur les éventuelles remarques adolescentes. Les différents exercices nous ont permis de créer un horizon d'attente et de découvrir les élèves sous un nouveau jour. Expérience très riche !"

"Très bien. Les élèves sont allés plus loin sur le thème de la révolte. C'était intéressant de les voir développer théâtralement leur citoyenneté."

 

Ateliers pour les 3ès avec les comédiennes et une médiatrice du Théâtre Bluff après la représentation d'Antioche

"Tout s'est vraiment très bien passé, les élèves ont été séduits par l'atelier proposé et la personnalité des deux comédiennes qui sont venues. Cela les a un peu "réconciliés" avec la pièce, car beaucoup avaient été dérouté par la complexité de celle-ci. C'était vraiment un moment riche, essentiel dans ce parcours T au théâtre !"

"L'atelier a été mené de manière dynamique et a suscité l'intérêt des élèves, qui ont beaucoup apprécié et ont bien adhéré aux différents exercices proposés (aucun refus). Les comédiennes ont été à l'écoute des propositions des élèves et ont su rebondir sur leurs idées et les valoriser."

"Des ateliers très enrichissants car ils ont mêlé harmonieusement la pratique théâtrale, la réflexion et le questionnement sur les thèmes du spectacle. Les comédiennes ont su entraîné nos élèves dans les différents exercices avec beaucoup de charisme."

"Karine s'est montrée à l'écoute et dynamisante pour les élèves ; elle leur a permis de travailler des notions théâtrales de manière ludique et intéressante."

Ça change des cours

Des collégiens découvrent Antioche au Théâtre de l'Espace de Retz

On cause

Quelques questions à Mario Borges, intervenant à la formation des enseignants

Début octobre, 55 enseignants du département engagés dans le niveau 2 de "T au théâtre !" ont participé à deux journées de formation avec Mario Borges, directeur artistique de la compagnie québecoise Théâtre Bluff. Il nous en dit plus sur sa vision de la formation et de la médiation.

 

 

La journée de stage avec les enseignants avait pour thème « la révolte adolescente », en lien avec votre spectacle Antioche, qu'ils iront voir avec leur classe et autour duquel ils travailleront avec leurs élèves. Vous avez abordé des thématiques fortes, autour de l’intime, du chœur… Quelles sont les clés pour instaurer un cadre de confiance ? 

Lorsque j’anime un atelier, j’évite de plonger dans les exercices dès le début. Pour moi, il est essentiel d’établir le contact avec les participants. Je prends le temps de me présenter, de leur partager la vision du travail que nous effectuons en direction des adolescents au sein de la compagnie Bluff. Je fais ensuite un tour de table afin que chacun se présente et me fasse part de ses attentes. Je leur présente ensuite un résumé du spectacle et je prends le temps de leur expliquer le plan de travail de l’atelier. Lorsque les participants connaissent le parcours il sont plus détendus. Jamais je ne me place dans la position de celui qui détient la vérité. J’essaie toujours d’établir un rapport d’égal à égal.

Comment parvenez-vous à libérer la parole et les mouvements ?  

Il est essentiel de travailler dans la douceur et la détente. Il faut former un cercle de manière à ce que chacun puisse se voir. Le premier exercice proposé aux participants vise essentiellement à établir le contact entre eux. Je crée un climat d’ouverture en travaillant à partir d’une ambiance sonore qui favorise l’abandon. Nous travaillons sur l’encrage du corps, sur la verticalité de manière à ouvrir le canal qui nous relie à la fois au sol et au ciel, puis on ouvre le canal qui nous relie les uns aux autres à partir du plexus. Je me place ensuite au centre du cercle et je leur demande de reproduire, ensemble (chœur) des mouvements simples. Après plusieurs séries de mouvements, je désigne un membre du groupe qui prend ma place et, ainsi de suite, on change de guide. Au final, lorsque les participants constatent la synergie qui se dégage du groupe, ils tombent dans un état de confiance individuel qui les amène à s’ouvrir complètement.


Le théâtre Bluff est une compagnie québecoise habituée au travail de médiation. En quoi la médiation autour des spectacles diffère entre le Québec et la France ? 

Difficile de dire ce qui diffère. De notre côté, nous essayons de donner aux participants des clés qui permettent de développer des compétences de spectateurs. Notre pratique a démontré qu’il est mieux d’aborder la préparation à une œuvre en passant par la pratique et non par la théorie ou par une présentation de type magistral. 

Nous cherchons à développer des aptitudes favorisant une pensée imaginative. L’idée est de placer le participant dans une position où il pourra comprendre la démarche du créateur de l’intérieur. Faire en sorte qu’il soit intimement relié à l’œuvre et aux choix menant à la création de celle-ci. Les grandes aptitudes à partir desquelles nous construisons les ateliers sont: observer en profondeur, questionner, faire des liens, repérer les détails récurrents, explorer physiquement/incarner, être empathique, vivre avec l’ambiguïté, donner du sens, passer à l’action, entamer une réflexion, prendre le temps de réfléchir et d’examiner ce que vous avez accompli, d’analyser ce que vous avez appris, de reconnaître les difficultés et de susciter une nouvelle curiosité. Ces aptitudes sont intégrées et rappelées à travers chacun des ateliers développés. Il faut créer, questionner, réfléchir, afin d'établir des liens avec l’œuvre que nous verrons et/ou avons vue.


Comment avez-vous préparé cette journée de stage avec des enseignants ?

Les ateliers ont été construits en cherchant à faire vivre une expérience permettant aux participants de créer en partant d'un thème du spectacle. En phase avec la méthode précédente, j’ai imaginé une série d’exercices qui visaient à:  créer un climat de confiance, démystifier le geste créatif, favoriser l’introspection et un point de vue personnel sur le thème, créer en groupe, analyser et questionner


 

Comment est-ce que les enseignants pourront se réapproprier cette formation ? En quoi est-elle complémentaire avec les ateliers qui seront menés en classe par des artistes ? 

Il s’agit d’une approche très accessible et facile à reproduire.  Les enseignants peuvent facilement se réapproprier le travail effectué en atelier et explorer avec les élèves. La complémentarité est évidente. Cette première exploration permet de comprendre l’approche et favorise l’expression de son imagination. Les retours reprendront cette base et chercheront à développer davantage l’imagination par la création en groupe d’une fin hypothétique.

En action

Deux niveaux pour un collège !

Cette saison, le collège Pierre Abélard de Vallet est engagé dans le niveau 2 et le niveau 3 de T au Théâtre ! 

En novembre, une classe de 4e a débuté son parcours, dans le cadre du niveau 2, en rencontrant l'artiste Sophie Merceron autour d'Antioche avant de voir le spectacle. Découvrez les retours des élèves après la représentation par ici.

Une autre classe engagée dans le niveau 3 a assisté au premier spectacle de leur itinéraire artistique : Un furieux désir de bonheur... à suivre ! 

→ Suivez les actualités culturelles du collège Pierre Abélard de Vallet 

On pratique

50 enseignants s'ouvrent aux fondamentaux du théâtre

En action

C'est parti pour les premiers stages de la saison

Nouvelles pages

Feuilletez la nouvelle brochure T au Théâtre

Elle est belle, elle est jaune, elle sent bon le papier neuf… Et elle présente clairement toutes les nouveautés du dispositif T au Théâtre Loire Atlantique. Feuilletez-la pour prendre connaissance des différents parcours, plus ou moins impliquant, pour permettre parcours aux élèves de découvrir le théâtre sous toutes ses formes !

 

👉👉 Téléchargez la Brochure T au Théâtre - Loire-Atlantique